24 HEURES

đŸ”đŸš« Togo et BĂ©nin Imposent des Restrictions sur l’Importation de Volaille pour Soutenir la Production Locale

Dans une dĂ©marche visant Ă  renforcer l’autosuffisance alimentaire et Ă  soutenir les producteurs locaux, le Togo et le BĂ©nin ont pris des mesures restrictives sur l’importation de volaille. Au Togo, le ministĂšre de l’Agriculture, de l’Élevage et du DĂ©veloppement rural, dirigĂ© par Antoine Lekpa Gbegbeni, a rĂ©cemment suspendu temporairement l’autorisation d’importation de viande de volaille surgelĂ©e. Cette dĂ©cision fait suite aux plaintes du Conseil de l’interprofession de la filiĂšre avicole du Togo (CIFA), qui ont signalĂ© des difficultĂ©s Ă  Ă©couler plus de 70 tonnes de viande de volaille produite localement.

Ce stock invendu est attribuĂ© Ă  la prĂ©dominance de la viande congelĂ©e importĂ©e sur le marchĂ© togolais, une situation qui menace la viabilitĂ© de la production avicole locale. La suspension de l’importation de volaille au Togo est une mesure temporaire, destinĂ©e Ă  faciliter l’Ă©coulement des stocks existants. Une fois ces stocks Ă©puisĂ©s, les importations pourront reprendre.

Dans un contexte similaire, le BĂ©nin a Ă©galement annoncĂ© des restrictions sur l’importation de volaille et d’Ɠufs. Contrairement au Togo, le BĂ©nin vise une approche plus durable et Ă  long terme. Le ministre bĂ©ninois de l’Agriculture a dĂ©clarĂ© qu’Ă  compter du 31 dĂ©cembre 2024, aucune importation d’Ɠufs ou de poulets congelĂ©s ne sera autorisĂ©e. L’objectif est de promouvoir le dĂ©veloppement de la filiĂšre avicole locale, surnommĂ©e “poulet-bicyclette”.

Ces initiatives reflÚtent un effort concerté des gouvernements ouest-africains pour favoriser le développement agricole local, renforcer la sécurité alimentaire et répondre aux préoccupations sanitaires liées aux produits importés. En se concentrant sur la production locale, le Togo et le Bénin espÚrent non seulement soutenir leurs agriculteurs mais aussi instaurer des pratiques alimentaires plus durables et saines.

Cependant, ces mesures soulĂšvent des questions sur les implications pour les consommateurs en termes de disponibilitĂ© et de coĂ»t des produits avicoles. Alors que les gouvernements naviguent entre les besoins des producteurs locaux et les exigences du marchĂ©, l’impact de ces restrictions sur l’Ă©conomie et le quotidien des citoyens reste Ă  surveiller attentivement.

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boßte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page