24 HEURESA LA UNE

Dilemme Numérique :  Un Jeune Politicien à Parakou Face à la CRIET Pour une Affiche WhatsApp de Romuald Wadagni

📱🏛️ Dilemme Numérique :  Un Jeune Politicien à Parakou Face à la CRIET Pour une Affiche WhatsApp de Romuald Wadagni

La puissance des médias sociaux dans le monde politique est une fois de plus mise en lumière alors qu’un jeune acteur politique de Parakou se retrouve devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), non pas pour une fraude ou une corruption, mais pour avoir partagé une affiche sur WhatsApp.

L’affiche en question présentait Romuald Wadagni, le ministre d’État en charge de l’économie et des finances, comme candidat potentiel pour les élections présidentielles de 2026. Bien que le jeune acteur ait affirmé ne pas être l’auteur original de l’affiche, la simple action de la partager l’a placé dans une position délicate.

L’accusation ? « Harcèlement par le biais d’un système électronique ». Une telle accusation pose des questions cruciales sur la liberté d’expression, le pouvoir des médias sociaux et le rôle des jeunes dans la politique béninoise. À une époque où le partage d’informations est à la portée de tous, où doit-on tracer la ligne ?

Il convient de noter que M. Wadagni lui-même a pris ses distances par rapport à cette agitation numérique autour de sa candidature potentielle. Sur sa page Facebook, le ministre a clairement indiqué son engagement total envers les devoirs actuels que lui a confiés le président Patrice Talon, qualifiant tout débat sur la présidentielle de 2026 d'”indécent et prématuré ».

Le verdict concernant le jeune acteur politique sera rendu le 18 décembre. Cet incident, au-delà de son issue, souligne la tension croissante entre le pouvoir des médias sociaux et les institutions traditionnelles dans le paysage politique béninois.

 

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page