Santé

Un Vaccin contre le Paludisme bientôt disponible au Bénin – Agenda

Le paludisme est une maladie grave qui tue chaque année des millions de personnes dans le monde, dont la majorité sont des enfants. Au Bénin, le paludisme est la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

Le vaccin antipaludique, un espoir pour le Bénin

Après des décennies de recherche, un vaccin antipaludique novateur est en cours d’expérimentation dans certains pays africains, dont le Bénin. Ce vaccin, appelé RTS,S, vise à empêcher le parasite du paludisme de pénétrer dans le foie, ce qui empêche la maladie de se développer.

Les premiers résultats de l’expérimentation sont encourageants

Les premières études cliniques ont montré que le vaccin RTS,S est efficace à environ 50 % pour prévenir le paludisme grave. Ces résultats ont été confirmés par une étude menée au Ghana, au Kenya et au Malawi, qui a montré que le vaccin était efficace à 40 % pour prévenir les cas de paludisme grave et à 30 % pour prévenir les décès dus au paludisme.

Le Bénin va recevoir les premières doses de vaccin en 2024

Le gouvernement béninois a annoncé qu’il recevrait les premières doses de vaccin RTS,S en 2024. Le vaccin sera d’abord administré aux enfants âgés de 5 à 35 mois, qui sont les plus vulnérables au paludisme.

L’importance de la prévention

En attendant l’arrivée du vaccin, il est important de continuer à se protéger du paludisme par des mesures de prévention, telles que l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide, l’application de répulsifs sur la peau et le port de vêtements longs et amples.

Le vaccin antipaludique est une avancée majeure dans la lutte contre cette maladie mortelle. L’arrivée de ce vaccin au Bénin est une bonne nouvelle pour les enfants du pays, qui sont les premières victimes du paludisme.

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Un commentaire

  1. Oui , très bonne nouvelle ! Les résultats de l’expérimentation sont encourageants au Bénin vous nous dites! On nous dira qu’il.en est de même dans les autres pays en Afrique. Mais est-que nos dirigeants politiques ont vraiment expérimenté ce vaccin par nos services compétents? Nul n’ignore aujourd’hui que l’occident cherche à réduire la population africaine . Même Emmanuel MACRON à dit que .oui faisons beaucoup d’enfants en Afrique. Quant à Nicolas SARKOSY , l’Afrique n’est pas encore rentrée dans l’histoire. Ils craignent tous la surpopulation de l’Afrique feignant d’accepter l’esclavage , les déportations , les assassinats politiques que leurs ascendants avaient organisés et qu’eux , ils continuent de faire pour leurs besoins et pour survivre économiquement et politiquement. Si non quelle différence trouvez-vous entre la politique macronienne de conquête la jeunesse africaine à Montpellier , ses promesses et un peu plus tard sa position sur les évènements intervenus au Tchad , au Mali , au Burkina Faso et au Niger? Devant la position française sur l’Afrique ou si vous voulez , devant la politique franceafricaine un Président français fusse t-il jeune ou âgé , reste et demeure un Président élu seulement pour les intérêts de la France. En résumé , si ce vaccin contre le paludisme devient un poison pour exterminer nos populations africaines , ceux qui nous dirigent aujourd’hui vont répondre de leur funestes allégeance au mal. S’ils ne sont demain sous terre , leur descendance paiera. L’Afrique est un déversoir. Ce n’est pas aujourd’hui que l’occident va trouver un vaccin contre le paludisme si sa volonté de le faire existait car le malaria n’est pas une maladie qui décimé en Occident. Et cette pathologie, lorsque venant avec d’ailleurs en France par exemple vous êtes traité avec le plus grand soin. Je souhaite que nos pays ne se jettent pas dans l’utilisation de ce vaccin sans une contre-expertise pour le bien-être de l’avenir sanitaire de nos populations qui pour la plupart n’ont pas les moyens financier pour se soigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page