24 HEURES

🚬 tensions au brésil : la dépénalisation du cannabis suscite des réactions vives 🚬

Le Brésil est plongé dans une nouvelle controverse suite à la décision historique de la Cour suprême de dépénaliser la possession de cannabis pour usage personnel. Cette décision, rendue après neuf ans de délibérations, a provoqué des réactions passionnées, en particulier parmi les conservateurs du pays.

décision de la cour suprême

La Cour suprĂŞme a statuĂ© que la possession de cannabis en dessous de 40 grammes ne constitue plus un crime, bien qu’elle reste une infraction administrative passible de sanctions Ă©ducatives. Cette dĂ©cision vise Ă  diffĂ©rencier clairement les usagers des trafiquants, en rĂ©ponse Ă  une loi de 2006 qui ne dĂ©finissait pas de quantitĂ© spĂ©cifique pour la consommation personnelle, laissant ainsi une grande latitude aux juges et aux policiers.

contexte social et discriminations

Les dĂ©tracteurs de la loi de 2006 soulignent qu’elle discriminait particulièrement les personnes noires et les habitants des favelas, qui avaient statistiquement plus de chances d’ĂŞtre arrĂŞtĂ©s pour trafic de drogue, mĂŞme pour de petites quantitĂ©s de cannabis. Cette discrimination est mise en Ă©vidence par le fait que 70 % de la population carcĂ©rale brĂ©silienne est noire. Le Conseil national de justice va maintenant rĂ©Ă©valuer les cas des personnes emprisonnĂ©es pour possession de cannabis, ce qui pourrait bĂ©nĂ©ficier Ă  environ 7 % des dĂ©tenus.

réactions des conservateurs et initiatives législatives

La dĂ©cision de la Cour suprĂŞme a immĂ©diatement provoquĂ© la colère des conservateurs, notamment des dĂ©putĂ©s Ă©vangĂ©liques qui considèrent cette dĂ©cision comme une tragĂ©die pour les familles. Selon un sondage, 72 % des BrĂ©siliens sont opposĂ©s Ă  l’usage rĂ©crĂ©atif du cannabis. En rĂ©ponse, le prĂ©sident de la Chambre des dĂ©putĂ©s, Arthur Lira, a annoncĂ© la crĂ©ation d’une commission spĂ©ciale pour Ă©tudier un texte visant Ă  inscrire dans la Constitution que la possession de drogue, y compris le cannabis, constitue un dĂ©lit. Ce texte, soutenu par le prĂ©sident du SĂ©nat Rodrigo Pacheco, va Ă  l’encontre de la dĂ©cision de la Cour suprĂŞme.

tensions entre les pouvoirs

Les tensions entre la Cour suprême et le Parlement se sont intensifiées ces dernières années, exacerbées par des décisions controversées sur des questions de société. Par exemple, le Parlement a adopté une loi en décembre 2023 restreignant la démarcation des terres indigènes, jugée inconstitutionnelle par la Cour suprême trois mois plus tôt. De même, une proposition de loi vise à interdire le mariage homosexuel, malgré sa reconnaissance par la Cour suprême en 2011.

impact sur la cour suprĂŞme

Ces conflits fragilisent l’image de la Cour suprĂŞme, dĂ©jĂ  rĂ©gulièrement attaquĂ©e par l’ancien prĂ©sident d’extrĂŞme droite Jair Bolsonaro et ses partisans. Ces derniers critiquent frĂ©quemment la Cour et ont mĂŞme saccagĂ© son Ă©difice lors des attaques du 8 janvier 2023 Ă  Brasilia. La dĂ©cision sur le cannabis ne fait qu’alimenter davantage cette rivalitĂ© entre les diffĂ©rents pouvoirs au BrĂ©sil.

Bienvenu đź‘‹
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page