24 HEURES

🗳️🇸🇳 Sénégal: Confirmation de la date présidentielle, un tournant décisif 

Dans un contexte marqué par l’incertitude et les rebondissements, le Sénégal se prépare désormais à un événement politique majeur : le premier tour de l’élection présidentielle, désormais fixé au 24 mars prochain. Cette clarification intervient après des semaines de suspense et de confusion concernant la date exacte du scrutin, qui s’est jouée entre le 24 et le 31 mars, et souligne une période de tension politique dans le pays.

Le débat autour de la date de l’élection a été tranché suite à un communiqué du Conseil constitutionnel, qui a opté pour la date initialement fixée par le président Macky Sall. Cette décision met fin à une série de spéculations et d’incertitudes qui avaient alimenté le climat politique sénégalais.

L’annonce de cette date fait suite à une soirée pleine de rebondissements. Le Conseil constitutionnel a d’abord rejeté les propositions du président Sall, qui envisageait un scrutin le 2 juin, ainsi que sa suggestion de rester en fonction jusqu’à l’élection de son successeur. Ces propositions, issues d’un dialogue national auquel l’opposition avait choisi de ne pas participer, n’ont pas été retenues, marquant ainsi une victoire pour les instances constitutionnelles dans leur quête d’indépendance.

Dans une décision séparée, le Conseil a également maintenu une liste de 19 candidats pour le scrutin, rejetant ainsi la demande de réouverture de la liste pour inclure des candidats précédemment retoqués, tels que Karim Wade du Parti Démocratique Sénégalais (PDS).

Cette résolution des incertitudes autour de la date de l’élection présidentielle ouvre la voie à une période préélectorale intense, où les candidats et leurs partisans se mobiliseront pour convaincre les électeurs dans un contexte national et international scrutant de près les développements politiques au Sénégal.

La décision du Conseil constitutionnel s’impose donc comme un moment clé dans le processus électoral sénégalais, soulignant l’importance du respect des cadres légaux et institutionnels dans la consolidation démocratique du pays. Alors que le Sénégal avance vers le 24 mars, l’attention se porte désormais sur la conduite de la campagne électorale, les enjeux majeurs à l’ordre du jour et la capacité du pays à organiser un scrutin libre, transparent et pacifique.

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page