24 HEURESA LA UNE

Olivier Boko. Face à la montée des mouvements de soutien, Djogbénou réagit et esquive la question de 2026

À l’approche des élections générales de 2026, le paysage politique béninois est en pleine ébullition. Au cœur de cette effervescence, les  mouvements de soutien tous azimuts pour Olivier Boko qui   gagnent  en influence. Cependant, un silence pesant émane des deux grands partis politiques soutenant Patrice Talon depuis quelques semaines.  L’Union Progressiste le Renouveau (UPR) et de son président, Joseph Djogbénou ont rompu le silence.

Dans un entretien récemment accordé au quotidien Fraternité, Joseph  Djogbénou a choisi une posture surprenante. Plutôt que de se positionner clairement sur l’échiquier politique de 2026, il a préféré détourner l’attention vers des problématiques actuelles. Si la rentrée scolaire et la santé publique sont des préoccupations valables, l’omission de la question électorale est flagrante dans l’entretien. Une telle approche, en période pré-électorale, laisse perplexe et suscite des interrogations sur les véritables intentions du président de l’UPR.

Selon plusieurs analystes politiques, l’attitude de Djogbénou face à la montée des mouvements de Soutien pour Olivier Boko est tout aussi énigmatique. Alors que  la candidature probable de Olivier Boko anime tous les débats au sein mème de l’UPR et  positionne cet Chef d’Entreprise comme un  acteur incontournable de la scène politique, le silence de l’UPR à son égard est assourdissant. Est-ce une stratégie délibérée ou un simple oubli?  Dans son entretien l’ancien Président de la Cour Constitutionnelle, parle d’agitations pour évoquer les mutations politiques majeures en cours.

Un autre point d’incohérence notable relevé dans  le discours de Djogbénou concerne la gestion des ressources minières, évoquées en termes vagues comme étant en “espérance”. Dans un pays où la gestion des ressources est primordiale pour l’avenir économique, une telle ambiguïté interroge. Plus loin, la comparaison avec la situation politique au Niger, soulignée par Djogbénou, bien qu’intéressante, semble déplacée dans le contexte actuel. En effet, aborder  la fragilité de la démocratie ailleurs, tout en éludant les enjeux électoraux imminents du Bénin est pour le moins paradoxal.

Les mois à venir seront décisifs pour l’UPR et pour Djogbénou. Face à la montée en puissance d’un candidat probable pour la majorité présidentielle , ils devront choisir : continuer dans l’ambiguïté ou s’affirmer clairement sur la scène politique.

 

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Un commentaire

  1. « Gardons-nous de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. “😂😂😂😂 ” *J’observe beaucoup de mouvements et beaucoup d’agitations qui se focalisent sur une année en oubliant celles qui la précèdent* . Je pense que nous gagnerions à nous concentrer plus sur celles-ci que sur celle-là », a martelé *Joseph Djogbénou.*

    L’universitaire pense plutôt que « Nous gagnerions mieux la confiance de notre peuple en faisant en sorte que là où il y a une école que cette école soit ouverte à la rentrée prochaine avec des infrastructures adéquates ; là où il n’y a pas de centre de santé, qu’un centre de santé soit ouvert ; concentrons-nous à faire ouvrir la construction du plus grand hôpital en chantier dans Abomey-Calavi ; travaillons à renforcer nos infrastructures routières. Ne nous détournons pas de l’essentiel ni de l’urgence que constitue la réponse à la demande sociale. Notre pays a plus de défis à surmonter que les autres »

    En clair, l’UP le Renouveau, précise son Président, décidera, « à travers ses instances, le moment opportun de ses choix et continuer à être les soldats de la protection de notre démocratie. Pour le moment, nous sommes aux côtés du président de la République pour contribuer à la réalisation du Programme d’action du gouvernement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page