24 HEURES

🚰💡 Nestlé reconnaît avoir dû “nettoyer” ses eaux minérales, une pratique interdite : Plongée profonde dans les préoccupations de qualité de l’eau en France 🇫🇷

Dans une admission franche aux autorités françaises, Nestlé a révélé son utilisation passée de traitements aux ultraviolets et de filtres au charbon actif pour maintenir la sécurité alimentaire de ses eaux minérales en bouteille jusqu’en 2021, des pratiques interdites par la réglementation européenne pour conserver l’appellation “eau minérale naturelle”. Cette révélation met en lumière non seulement les opérations de Nestlé mais aussi les défis environnementaux plus larges impactant les sources d’eau en France.

Les traitements, habituellement réservés à rendre l’eau du robinet potable, ont été jugés nécessaires par Nestlé en raison des changements environnementaux affectant la pureté de ses sources. La pollution a envahi les sources alimentant des marques populaires comme Perrier, Vittel et Contrex, introduisant des contaminants chimiques et microbiologiques. Bien que Nestlé se soit depuis alignée sur la réglementation, cessant ces méthodes de “nettoyage”, la démarche a conduit à la fermeture de quatre puits dans les Vosges, divisant par deux la production de Vittel, et a incité à la création d’une nouvelle ligne de produits, “Maison Perrier”, permettant une désinfection continue.

La divulgation proactive par Nestlé visait à devancer les journalistes enquêteurs plongeant dans cette affaire. La santé des consommateurs n’a jamais été mise en danger, ces traitements étant destinés à purifier l’eau, considérés comme inoffensifs. Cependant, le véritable problème réside dans l’état de l’eau douce en France, qu’elle soit en bouteille ou non.

Des rapports récents soulignent la présence généralisée de polluants, des “polluants éternels” dans les eaux autour de Lyon aux niveaux excessifs de pesticides dans l’eau du robinet consommée par environ 12 millions de Français en 2021. De plus, des études scientifiques ont trouvé en moyenne 240 000 nanoparticules de plastique par litre dans l’eau en bouteille, principalement du nylon provenant des filtres de purification et du PET des bouteilles elles-mêmes, remettant en question la logique derrière l’achat d’eau en bouteille.

Le gouvernement français a lancé un plan ambitieux pour améliorer la qualité et la gestion de l’eau, abordant à la fois la réduction de la consommation et la prévention de la pollution. Pourtant, cette initiative a suscité la controverse, en particulier parmi les agriculteurs préoccupés par les restrictions d’irrigation en cas de sécheresse. L’agriculture, consommant 58 % de l’eau douce de la France, fait face à un changement significatif vers des pratiques agroécologiques sans pesticides dans les zones d’infiltration d’eau.

Alors que la France s’efforce de relever ces défis, l’impératif de protéger la qualité de l’eau et d’assurer des modèles de consommation durables devient de plus en plus évident. Les révélations de Nestlé et les actions gouvernementales qui en découlent soulignent un moment pivot pour la gestion environnementale et la santé publique dans la nation.

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page