24 HEURES

🌍 BĂ©nin et Niger : Une crise Ă©conomique et diplomatique en quĂȘte de rĂ©solution 🌍

La crise Ă©conomique et diplomatique qui secoue actuellement les relations entre le BĂ©nin et le Niger prend de l’ampleur, affectant profondĂ©ment les deux pays. En cause, des enjeux Ă©conomiques majeurs et des tensions diplomatiques exacerbĂ©es par des diffĂ©rends persistants.

Contexte Ă©conomique tendu

Le Niger, avec son ambitieux projet pĂ©trolier, espĂ©rait une relance Ă©conomique significative. Le pipeline, une infrastructure de plus d’un milliard de dollars, devait permettre au pays d’atteindre une production de 100 000 barils par jour. Cette production Ă©tait essentielle pour renflouer les caisses de l’État nigĂ©rien, particuliĂšrement en temps de crise. Les autoritĂ©s comptaient Ă©galement sur un prĂȘt de 400 millions de dollars consenti par les investisseurs chinois. Or, ce projet est aujourd’hui en suspens, mettant en pĂ©ril l’Ă©conomie nigĂ©rienne.

Au BĂ©nin, la situation n’est guĂšre meilleure. Le port de Cotonou, vital pour l’Ă©conomie bĂ©ninoise, subit un ralentissement important. Ce port, qui reprĂ©sentait jusqu’Ă  60 % du PIB du BĂ©nin, voit aujourd’hui son activitĂ© diminuer de 20 %. Le Niger, principal client de ce port, est en effet un pays enclavĂ© dĂ©pendant de cette infrastructure pour ses Ă©changes commerciaux. La rĂ©duction de l’activitĂ© portuaire a des rĂ©percussions directes sur les recettes de l’État bĂ©ninois, aggravant une situation dĂ©jĂ  complexe.

MĂ©diation et efforts diplomatiques

Face Ă  cette impasse, des efforts de mĂ©diation sont en cours. Deux anciens prĂ©sidents bĂ©ninois, NicĂ©phore Soglo et Boni Yayi, ont entrepris une mission diplomatique Ă  Niamey pour tenter de rĂ©soudre les tensions. Accueillis par le gĂ©nĂ©ral Abdourahamane Tiani, chef de l’État nigĂ©rien, ils ont discutĂ© des moyens de sortir de cette crise. Cette initiative rappelle des dĂ©marches similaires menĂ©es entre le Niger et le NigĂ©ria, qui ont contribuĂ© Ă  apaiser les tensions bilatĂ©rales.

Les discussions ont abouti Ă  la proposition de crĂ©er une commission tripartite, composĂ©e de reprĂ©sentants des gouvernements bĂ©ninois et nigĂ©rien, ainsi que des anciens prĂ©sidents bĂ©ninois. Cette commission aurait pour mission de normaliser les relations entre les deux pays et de relancer les Ă©changes socio-Ă©conomiques. La CommunautĂ© Ă©conomique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pourrait Ă©galement jouer un rĂŽle dans la mĂ©diation, bien que le retrait du Niger de cette organisation complique les choses.

Perspectives et attentes

Les initiatives de mĂ©diation en cours offrent un espoir pour une rĂ©solution pacifique de cette crise. La diplomatie persĂ©vĂ©rante de Soglo et Yayi pourrait aboutir Ă  des rĂ©sultats concrets, notamment par la mise en place de la commission tripartite et l’implication accrue de la CEDEAO. Cependant, la situation reste fragile et nĂ©cessite une vigilance constante pour Ă©viter un retour aux tensions initiales.

Pendant ce temps, les populations rurales, principales victimes de cette crise, continuent de souffrir des perturbations Ă©conomiques. Il est impĂ©ratif que les deux nations trouvent un terrain d’entente pour Ă©viter une dĂ©tĂ©rioration supplĂ©mentaire de leurs Ă©conomies et restaurer les relations bilatĂ©rales essentielles Ă  la stabilitĂ© rĂ©gionale. Les observateurs espĂšrent que cette mĂ©diation aboutira Ă  une rĂ©solution durable, contribuant Ă  la paix et Ă  la prospĂ©ritĂ© dans la rĂ©gion.

Bienvenu 👋
C'est bien de s'informer

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boßte de réception.

Vos données sont sécurisées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page